souad mani

"… Quand je vis dans l'éclair du miroir glauque et nu, Au lieu de mon visage, un visage inconnu . Où se répercutait ma propre conscience !" Rollinat

Percée(s)

Cinq heures pour une cristallisation. Empreintes, reflets, traces, percées… Indications sur le réel.
Captures d’une improvisation entre Souad Mani et Ridha Dhib le mardi 27 juillet 2010 sur la plage de Hergla Madfoun (Tunisie).

« D’un vent sans sens, je vois un trou bleu… Puis je rame,
Je rame sur le ciel, je rame sur la douleur,
Et l’habit trempé je rejoins,
L’âme entre la vague et la houle,
L’horizon. »

Christophe Ossard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 27 juillet 2010 par dans Arts Plastiques, Land art, Photographie, et est taguée , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :